Jewel http://jewel.journalintime.com/ How does it feel to not doubt? How does it feel to not want to be different? fr 2017-03-24T09:28:00+01:00 http://jewel.journalintime.com/Stray-dog Stray dog. Histoires courtes sur des relations passées (partie II) . . . E. J'étais amoureuse de toi depuis des mois. J'avais quitté Josh dans l'espoir d'être un jour ta copine et que tu sois la mienne. Dans le parc, tu t'étais faite toute belle et tu m'avais avoué tes sentiments. On s'était embrassées. Tu y allais beaucoup trop fort et nos dents s'entrechoquaient. On était heureuses, pendant une semaine. Puis on est parties à Londres avec les filles. Tu mangeais un pot de sauce arrabiata à la cuillère. Tu étais bourrée beaucoup trop vite et tu m'oppressais. J'ai pleuré le jour de Histoires courtes sur des relations passées (partie II)
.
.
.
E.
J’étais amoureuse de toi depuis des mois. J’avais quitté Josh dans l’espoir d’être un jour ta copine et que tu sois la mienne. Dans le parc, tu t’étais faite toute belle et tu m’avais avoué tes sentiments. On s’était embrassées. Tu y allais beaucoup trop fort et nos dents s’entrechoquaient. On était heureuses, pendant une semaine. Puis on est parties à Londres avec les filles. Tu mangeais un pot de sauce arrabiata à la cuillère. Tu étais bourrée beaucoup trop vite et tu m’oppressais. J’ai pleuré le jour de l’anniversaire de Josh, en boîte gay. Je t’ignorais. Les filles faisaient semblant de ne pas voir ce qu’il se passait. En trois semaines, on n’a jamais couché ensemble. En rentrant de Londres, je t’ai quittée sous prétexte que je n’étais pas prête pour une relation sérieuse.
.
.
.
Q.
Si tu n’avais pas eu les cheveux violets, je ne t’aurais probablement jamais calculé. On s’est parlé à la fête de l’université, où je suis restée deux mois avant d’abandonner. Je pensais être gay à cette époque et je te répétais sans cesse que tu me perturbais. Tu n’avais nulle part où dormir donc je t’ai innocemment invité à venir dans ma coloc. Tu m’as offert du pain d’épices de ta grand-mère et dans la salle de bain tu m’as pris dans tes bras par derrière et mon coeur a fondu. Tu étais précoce et j’avais envie de mourir. Parfois j’étais compréhensive, parfois j’étais une bitch. Tu m’as larguée après un mois, du jour au lendemain, parce que j’étais vegan, alors qu’on en parlait jamais. Je pense encore aujourd’hui qu’il y avait autre chose que tu n’as pas osé me dire.
.
.
.
E.
En soirée gay, ta pote nous a présentées. Tu étais tellement jolie mais tellement insupportable. On s’est embrassées toute la soirée jusqu’à que tu me saoules trop et que je rentre à pieds à ma coloc. Mon pote Marco m’a appelé alors que j’étais au lit pour me dire que tu n’avais nulle part où dormir. J’ai mis un training et je suis venue te chercher, On a couché ensemble alors que tu avais le bras cassé et c’était fantastique. Le lendemain j’avais la gueule de bois et j’étais soulagée que tu partes rapidement. Tu m’as accusée d’avoir volé ta casquette alors que tu portais un bonnet. J’avais des marques de morsures partout sur le corps.
.
.
.
B.
On s’est rencontrés dans une auberge de jeunesse au Cambodge. Les Américains disaient que tu ressemblais à John Mayer mais moi je ne sais pas qui c’est. On a roulé trois heures en scooter et mes seins venaient taper dans ton dos à chaque coup de frein. Tu m’avouas plus tard que tu faisais exprès. J’avais mes mains sur tes hanches et je mouillais. Tu parlais parfois de ta copine. On s’est retrouvés à une soirée goa dans la jungle. J’étais déchirée. On flirtait. Sur la scène, j’ai touché ta bite à travers ton short. Tu aimais ta copine. Le soir suivant, on a passé la soirée à parler d’elle. Tu as vomi. J’ai sauté dans la piscine avec Sarah. J’étais dans tes bras, posés parterre dans la rue, à caresser un chien errant. On riait. Je me suis glissée dans ton lit et, pendant qu’Arnaud trompait sa meuf avec Sarah, tu restais fidèle à la tienne. Tu m’avouais que tu m’observais dans mon lit la nuit. Que tu avais des sentiments pour moi. Que la monogamie ne faisait plus sens pour toi. Tu as touché mes seins. On n’a jamais couché ensemble. On ne s’est même jamais embrassés. Je suis rentrée en Suisse deux jours plus tard, après que tu aies passé deux heures la tête sur mon ventre et que je te caressais les cheveux. On s’écrivait presque tous les jours pour se plaindre de cette situation de merde. Jusqu’à que tu me dises que tu allais essayer de faire marcher ta relation avec ta copine. Ca m’a brisé le coeur.

]]>
2017-03-24T09:28:00+01:00
http://jewel.journalintime.com/MacBook MacBook. Il est 07h50 du matin, et je viens d'arriver chez moi. J'ai croisé Mom dans la cuisine, en train de se faire un smoothie. J'aurais bien dévoré le reste de pâtes de hier mais elle m'aurait regardée trop chelou. Il est 07h50 du matin et je reviens de chez Jonas. J'ai débarqué en pleurs chez lui à 22h hier soir. En pleurs à cause du Belge. Le Belge que j'ai rencontré au Cambodge. Longue histoire. J'y reviendrai. Un des colocs de Jonas m'a ouvert la porte. Il a vu devant lui une blonde en jupe courte et chaussettes montantes. Il a direct su que je venais pour Jonas. Ce dernier est Il est 07h50 du matin, et je viens d’arriver chez moi. J’ai croisé Mom dans la cuisine, en train de se faire un smoothie. J’aurais bien dévoré le reste de pâtes de hier mais elle m’aurait regardée trop chelou.

Il est 07h50 du matin et je reviens de chez Jonas. J’ai débarqué en pleurs chez lui à 22h hier soir. En pleurs à cause du Belge. Le Belge que j’ai rencontré au Cambodge. Longue histoire. J’y reviendrai. Un des colocs de Jonas m’a ouvert la porte. Il a vu devant lui une blonde en jupe courte et chaussettes montantes. Il a direct su que je venais pour Jonas. Ce dernier est arrivé dans le hall et m’a maladroitement fait un câlin avant de m’amener dans sa chambre. Le genre de câlin où le mec te touche à peine avec ses bras. Le genre de câlin qui sert à rien. Je me suis mise en top et en culotte et je me suis installée sur son lit. On a échangé deux-trois banalités sur le capitalisme.

- Tu veux voir le film porno qui a gagné le prix du festival?

Je ne sais pas de quel festival il parle, mais je ne dis jamais non à un porno. Il baisse les lumières. Prend son MacBook. Branche les écouteurs puis me les tend.

- Tu veux pas écouter avec moi?
- Non, je serai trop occupé à autre chose.

Jonas a presque trente ans. Il est Portugais. C’est le plus gros hipster de l’histoire de l’humanité. Barbe noire, lunettes, pantalons slims trop courts et t-shirts trop grands. MacBook et iPhone. Ce sac à dos moche suédois, avec les deux poignées. Il lit des bouquins sur la révolution russe au lieu de lire mes bouquins sur l’antispécisme, et ça m’énerve. Jonas, c’est un militant anticapitaliste et antifasciste. Il a un job alimentaire comme éducateur mais sa vraie passion c’est de gueuler dans la rue. Jonas, il est un peu maigre, pas très grand, un peu maniéré. Jonas je l’ai sûrement croisé un million de fois à des manifs, mais il nous a fallu Tinder pour qu’on commence à se calculer.

La musique commence à jouer. La scène se déroule dans une voiture. La femme est uniquement éclairée par les lumières néons de la route. La vidéo dure 9 minutes. Jonas a sa tête entre mes jambes et j’ai déjà envie de faire semblant de jouir. Pas pour lui faire plaisir. Mais parce que je n’arrive pas à faire mieux. La femme a un piercing au septum, un ventre un peu gras, elle est magnifique. Un homme noir apparaît, comme un flash. Il joue avec sa chatte. Un autre flash. Il la pénètre. Je n’arrive pas à me concentrer avec Jonas qui me fait mouiller au point de tremper ses draps. A quelques minutes de la fin de la vidéo, je simule un orgasme. Je n’entends pas mes propres gémissements à cause de la musique dans les écouteurs. J’ai une pensée pour ses colocataires dans le salon.

- J’ai presque tenu jusqu’au bout.
- Good girl.

On a du baiser pendant deux heures après ça. Jonas a une maîtrise de lui-même assez impressionnante. Il ne jouit que lorsque que j’ai fini de compter jusqu’à trois. Je commence par le lécher à mon tour. Au début, doucement, sensuellement. Puis il m’attrape la tête et vient cogner au fond de ma gorge. Je m’étouffe. Je crache. Il m’étale ma salive sur mon visage, pour faire couler mon maquillage. Pour que je ne ressemble plus à rien. Il me pénètre ensuite par derrière. J’ai encore mal de la veille avec Thomas. Il me retourne. Tout en me pénétrant, il me pose des questions sur mes conquêtes de la semaine. Je lui raconte Josh. Mon ex Josh. J’ai dormi chez lui mardi soir. Je dis que je l’ai laissé éjaculer sur mes seins et sur mon ventre. Ce n’est pas vrai, mais c’est déjà arrivé par le passé. Jonas devient fou. Il me pose plein de questions tout en se défoulant en moi. Puis je lui parle de Thomas. Comme quoi c’est le mec le mieux foutu que j’ai jamais baisé. Comme quoi il a adoré raser la chatte d’une féministe. Comme quoi il accepterait peut-être de me prendre violemment pendant que Jonas nous regarde.

- Pendant qu’il te baise, j’aimerais te chuchoter à l’oreille que je t’aime, histoire que notre relation soit bien tordue jusqu’au bout.

Un, deux, trois.

]]>
2017-03-24T08:42:00+01:00
http://jewel.journalintime.com/Fake-blood Fake blood. Tout a commencé sur Facebook. Je rentrais de Boston. Une année à Boston. Une année de disputes. Verbales. Physiques. Une année de solitude. Une année à rester cloîtrée dans notre minuscule studio. Une année de peur du monde extérieur. Une année de questionnements. Une années de voix dans ma tête. Une année de haine envers moi-même. « Tu viens au pic-nic? » Peut-être, j'ai répondu. Eva. Eva a dix-huit ans. Eva, elle semble pourtant être dix fois plus mature que moi. Eva, elle est grande. Eva, elle a les cheveux rouges. Eva, elle organise des manifestations contre Tout a commencé sur Facebook. Je rentrais de Boston. Une année à Boston. Une année de disputes. Verbales. Physiques. Une année de solitude. Une année à rester cloîtrée dans notre minuscule studio. Une année de peur du monde extérieur. Une année de questionnements. Une années de voix dans ma tête. Une année de haine envers moi-même.

« Tu viens au pic-nic? » Peut-être, j’ai répondu. Eva. Eva a dix-huit ans. Eva, elle semble pourtant être dix fois plus mature que moi. Eva, elle est grande. Eva, elle a les cheveux rouges. Eva, elle organise des manifestations contre l’exploitation des animaux. Eva, elle va devenir avocate. Eva, elle est vegan. Eva, elle me fait me mettre à poil dans la rue, recouverte de faux sang. Pendant des heures. Pendant l’hiver. Et je m’en fiche. Car c’est pour Eva. Eva.

En fait, non. Non. Je recommence. Tout a commencé à Boston. Fin août. On venait d’arriver de Suisse. Fête de mariage de la mère de Josh. Je porte une robe rouge sans soutien-gorge et une tresse dans mes cheveux. J’ai froid et mes tétons sont visibles. « What kind of music do you like? » Weird shit, j’ai répondu. Nora commençait l’uni le lendemain. Elle fait des films. Elle a des origines grecques et des cheveux noirs frisés. Nora, elle a rencontré Grimes. Nora, elle est vegan. Nora, elle a une robe au décolleté fabuleux. Nora, elle a dix-sept ans. Nora, elle semble pourtant être dix fois plus mature que moi. Nora, elle a tout chamboulé. Je ne l’ai vue qu’une seule fois. Une seule fois. Une seule fois, et ma vie a changé. Nora.

Réveil en sursaut le lendemain. Josh est déjà parti en cours. Il doit être quatorze heures. Je suis seule. J’ai la gueule de bois alors que je n’ai rien bu. Je n’ai rien bu depuis deux ans. Je suis seule. Enfin presque. L’appartement est vide. Ma tête est remplie. Aucun bruit. A part les voix. Les voix. Les voix dans ma tête. Une en particulier. Une, plus forte que toutes les autres. Une, plus distincte que toutes les autres. Non pas une voix, mais un cri. Non. Un hurlement. Un hurlement incessant. Un hurlement incessant dans ma tête qui dit : « I’M GAY ». Les larmes coulent sur mes joues.

]]>
2016-04-28T03:00:47+02:00
http://jewel.journalintime.com/Merry-christmas Merry christmas. Yan s'est suicidé. Yan s’est suicidé.

]]>
2013-12-23T22:20:57+01:00
http://jewel.journalintime.com/Monsieur Monsieur. Histoires courtes sur des relations passées. . . . L. Tu as déchiré mon hymen sur le siège arrière et j'ai saigné sur ma veste blanche. On mangeait des burgers en regardant des films sur ta télé cassée, posée parterre. Je n'arrêtais pas de voler les affaires à ta soeur car j'étais fascinée par elle et amoureuse d'elle. Je t'ai trompé. Tu as couché avec des prostituées. Je crois. On était défoncés à la weed la journée et défoncés aux pilules le soir. J'ai avorté de toi. J'ai essayé de rompre avec toi des millions de fois. Tu es entré par effraction chez moi pendant Histoires courtes sur des relations passées.
.
.
.

L.
Tu as déchiré mon hymen sur le siège arrière et j’ai saigné sur ma veste blanche. On mangeait des burgers en regardant des films sur ta télé cassée, posée parterre. Je n’arrêtais pas de voler les affaires à ta soeur car j’étais fascinée par elle et amoureuse d’elle. Je t’ai trompé. Tu as couché avec des prostituées. Je crois. On était défoncés à la weed la journée et défoncés aux pilules le soir. J’ai avorté de toi. J’ai essayé de rompre avec toi des millions de fois. Tu es entré par effraction chez moi pendant que ma famille était en vacances en Espagne et tu as volé ma weed et je t’ai surpris et je n’ai pas été en cours pendant toute une semaine parce qu’on prenait de la drogue et tu me sodomisais 24h/24 mais ça allait parce que ton pénis n’était pas très gros. On se disputait et on se battait et je me réveillais souvent gonflée et écorchée au visage et sur les bras et sur les cuisses. Une fois tu m’as balancée dans les escaliers et je me suis levée et je suis sortie de chez toi sans dire un mot et tu savais que tu ne me reverrai jamais.
.
.
.

N.
On s’est rencontrée dans un bar et une heure après on se rasait le pubis ensemble dans la douche et on faisait un plan à trois avec un mec qui avait une bite tordue. Je suis tombée amoureuse de tes seins presque inexistants et ton rire haut-perché, et toi tu es tombée amoureuse de moi. J’ai trompé des mecs avec toi et tu a déculpabilisé l’infidélité parce que ça semblait si naturel toi et moi. Tu avais un téléphone portable mais personne n’avait ton numéro. Je devais appeler chez toi et écouter ta folle de mère me parler en vietnamien à chaque fois que je voulais te parler. Tu avais un rat que tu emmenais partout avec toi dans ton capuchon et c’était drôle car tu étais si féminine et mignonne et rose à l’extérieur mais tellement punk à l’intérieur. J’ai réalisé que je ne voulais pas être en couple lorsque c’était déjà le cas et je t’ai brisé le cœur et tu es partie pour l’Australie.
.
.
.

F.
On ne pouvait jamais regarder un film en entier car on était accro au sexe. Tu dormais dans la même chambre que ta petite sœur mais elle n’était jamais là. On fumait nus sur ton balcon. Tes parents ne parlaient pas français. On baisait bourrés et tu me crachais sur le visage et dans la bouche et je t’appelais "monsieur" et je te vouvoyais et tu me frappais même un peu. Je crois que tu étais un peu alcoolique. Tu avais des amis géniaux qui sont devenus mes amis. Je fantasmais sur l’un d’eux et à chaque fois qu’il était là je le fixais avec des yeux sexuels et il devait penser "mais elle est folle". J’étais plus triste de perdre tes amis que toi lorsque j’ai mis un terme à notre relation après ce nouvel an pourri à la montagne où on n’a pas baisé pendant une semaine parce que tu me répugnais.
.
.
.

R.
On s’est rencontré en boîte. J’embrassais une fille et je dansais avec elle et je la touchais et je t’ai aperçu à travers la foule, tu me fixais. Tu es venu vers moi lorsque j’étais seule et tu dansais comme une merde et tu avais l’air ridicule mais j’avais bu et je t’ai trouvé drôle. Tu faisais pousser ta weed dans ton jardin et tes parents étaient des foncedés et tu avais des poules dans ta maison. Tu me baisais lorsque je n’en avais pas envie et le jour de ton anniversaire tu m’as forcée à te sucer et je l’ai fait alors que j’étais fâchée contre toi. Tu étais circoncis et tu étais laid lorsque tu jouissais. Tu étais obsédé par mes fesses et quand j’ai rencontré quelqu’un d’autre tu étais oublié en une seconde.

]]>
2013-12-16T01:29:33+01:00
http://jewel.journalintime.com/Supplications Supplications. . . . "A gentleman knows when to hold his lady's hand, and when to pull her hair." . . . Mouais. Je vais plutôt bien. On se dispute beaucoup. J'ai envie de le frapper. Je le frappe. Il essaie de me maintenir. J'ai des bleus partout sur les bras. On hurle. On hurle. On hurle. Je m'excuse. Je m'excuse et je dis que suis désolée et je le pense tellement fort. Je suis folle. Je suis folle quand je suis en colère. Je suis folle de me mettre en colère. Il croit que je le hais. J'ai inversé les rôles. Je n'arrive pas à surmonter le passé. Je suis sur la défensive en permanence. En .
.
.
"A gentleman knows when to hold his lady’s hand, and when to pull her hair."
.
.
.
Mouais. Je vais plutôt bien. On se dispute beaucoup. J’ai envie de le frapper. Je le frappe. Il essaie de me maintenir. J’ai des bleus partout sur les bras. On hurle. On hurle. On hurle. Je m’excuse. Je m’excuse et je dis que suis désolée et je le pense tellement fort. Je suis folle. Je suis folle quand je suis en colère. Je suis folle de me mettre en colère. Il croit que je le hais. J’ai inversé les rôles. Je n’arrive pas à surmonter le passé. Je suis sur la défensive en permanence. En permanence. Dès le moment où je crois qu’il est irrité ou fâché ou saoulé contre moi, j’explose. Je lui en veux de ressentir la moindre émotion négative à mon égard. Car il l’a fait pendant tellement longtemps. Des mois et des mois. En permanence. On hurlait. On hurlait. On hurlait. Je me prenais tout dans la gueule. Je l’avais mérité. Maintenant c’est fini. Ma tête, et même mon corps, refuse le blâme. C’est épidermique. Je bous. Je hurle. Je hurle. Je hurle. "NON !" Le pire, c’est que dans la majorité des cas, tout se passe dans ma tête. Je le vois fâché, je le jure, mais ce n’est pas la réalité. Je suis une enfant. Une enfant. Et Josh est mon papa et j’ai tellement peur qu’il soit en colère contre moi que je trouve inconsciemment une raison d’être en colère contre lui avant. Je veux qu’il soit fâché pour que je puisse être fâchée. Je veux gagner. Je veux être celle qui est en colère et je veux gagner. Je veux des excuses. Je veux des supplications. Je veux être puissante. Je ne veux plus être la victime. Je veux être le bourreau. L’enfant-bourreau qui fait des crises au supermarché. Qui pleure et qui tape. Et Josh est mon papa qui refuse de se soumettre à mes infanteries et je le hais pour ça. Je l’adore et je le hais pour ça.
.

Putain et ça fait une semaine qu’on n’a pas baisé.

]]>
2013-11-04T01:07:00+01:00
http://jewel.journalintime.com/puppy Puppy. . . . . You will fall in love with the old couple down the street because to you they represent the impossible: a stable, long-lasting love. . . La fin approche. Je le sens. Je me sens. Je vois comment je suis avec lui. Je pars au quart de tour à chaque occasion. A chaque mot qu'il dit de travers. Je crois que je ne le supporte juste plus. J'ai croisé Bastien hier. Il a trouvé un job dans un supermarché où il est payé vingt-trois francs de l'heure, cinq de plus que moi, et je me suis imaginé postuler là-bas, gagner beaucoup plus et baiser avec lui dans l'arrière-boutique. Je .
.
.
.

You will fall in love with the old couple down the street because to you they represent the impossible : a stable, long-lasting love.

.

.

La fin approche. Je le sens. Je me sens. Je vois comment je suis avec lui. Je pars au quart de tour à chaque occasion. A chaque mot qu’il dit de travers. Je crois que je ne le supporte juste plus. J’ai croisé Bastien hier. Il a trouvé un job dans un supermarché où il est payé vingt-trois francs de l’heure, cinq de plus que moi, et je me suis imaginé postuler là-bas, gagner beaucoup plus et baiser avec lui dans l’arrière-boutique. Je fantasme sur le célibat. Je fantasme sur tout ce qui bouge. Je passe mes journées à espérer croiser Sam, le sécu des trains qui veut aller boire un verre avec moi. Je suis folle Je deviens folle. Je n’ose pas imaginer ma vie avec Josh. Je n’ose pas imaginer ma vie sans Josh. Je n’ose pas imaginer ma vie sans nouveau premier rancard, premier baiser, premiers sentiments, première baise. Le plaisir de découvrir un inconnu. Un corps. Une personnalités. Des points communs. Je suis malheureuse. J’ai tellement galérer dans cette relation. J’ai foiré au départ et il me l’a fait payer pendant sept mois. Sept mois. Sept mois durant lesquels il n’avait aucun plaisir à être avec moi. Durant lesquels il parlait chaud à d’autres filles. Durant lesquels il n’a pas une seule fois montré le moindre désir sexuel pour moi. Sept mois de crises injustifiées pour lesquelles je finissais toujours par m’excuser. Sept mois durant lesquels j’ai dû tout me prendre à la gueule sans jamais me rebeller car il avait le droit de m’en vouloir. Sept mois de supplications, pardonne-moi, fais-moi confiance, plus jamais je te jure. Sept mois de froid. Il était froid. Glacial. Cadavérique. Sept mois à m’endormir sans qu’on ait baisé. Et moi, en pleurs. Et lui, qui disait que c’était moi qui faisait tout un plat du sexe. Et lui, qui m’a fait croire que j’étais conne d’être malheureuse parce que mon mec ne proposait jamais de baiser. Et lui, qui m’a fait croire que c’était normal et que c’est moi qui suis folle. Puis il m’a pardonné. Il m’a pardonné parce que je le lui ai ordonné et menacé et que je n’en pouvais plus. Il m’a pardonné. Il a changé. Il parle de cul. Il m’aime. Il est heureux. Et me voilà, à écrire dans le noir avec pour seul lumière la flamme d’une bougie, en attendant qu’il arrive. En attenant qu’il arrive alors que je n’ai pas envie de le voir. Je crois que j’étais pendant tout ce temps trop occupée à prendre les baffes tout en continuant à m’excuser que je n’ai pas réalisé que je ne veux plus vraiment de lui. Maintenant que sa vengeance est terminée, je me rends compte de l’enfer qu’il m’a fait endurer et à quel point il m’a dégoûté.

.

Il est arrivé. J’ai fondu en larmes dès le moment où je l’ai vu. Sans qu’il eut même le temps de passer la porte. On a parlé. J’ai failli rompre avec lui. Je lui ai dit que je suis malheureuse. Je lui ai dit que je n’ai plus vraiment envie de sexe et que ce n’est pas normal et que j’ai l’impression de devenir comme toi tu étais pendant sept mois. Amer. Je lui ai dit que je suis fâchée contre lui. Il a senti la fin. Il a eu peur. J’ai failli rompre avec lui mais je n’ai pas osé. A la place, je l’ai laissé me lécher. Puis on a baisé. Dans mon jardin, sous les arbres. Sous la lune. Sous la fenêtre de Caro. J’ai simulé. Puis je l’ai laissé éjaculer partout sur mon visage et sur mes bras. Puis on s’est rhabillés. Mon jeans était plein d’herbe et de feuilles mortes. Puis on a recommencé à parler. Il m’a décrit le chiot qu’il veut m’offrir. Puis il a parlé de l’amour qu’il me porte. Puis je lui ai dit que moi aussi je t’aime. Et j’ai ressenti l’envie de me battre un peu plus pour retrouver mes sentiments pour lui. Parce qu’il n’est pas mal du tout, quand même. Et il m’aime de tout son coeur. Il m’a dit qu’il avait retrouvé sa passion pour moi et qu’il était prêt à tout, même à assouvir mes fantasmes sexuels bizarres. D’ailleurs il dit qu’il a des idées tout aussi bizarres que les miennes mais j’y crois moyen. Il m’a appelée l’amour de sa vie. Il m’a appelée l’amour le plus fou qu’il a jamais eu. Il a dit qu’il est heureux. Ce matin, au travail, il m’a envoyé un message pour me dire qu’il pensait à moi. Ce matin, au travail, Sam n’est pas passé prendre son café et j’étais soulagée. Car j’aurais dû lui dire que, tout compte fait, même si ça m’aurait fait plaisir, même si je baiserais bien avec toi, je ne peux pas aller boire un verre parce que j’ai un mec. Un mec qui m’aime beaucoup, beaucoup.

]]>
2013-09-27T12:25:00+02:00
http://jewel.journalintime.com/Coffee Coffee. . . . I do not trust people who don’t love themselves and yet tell me, ‘I love you.’ There is an African saying which is: 'Be careful when a naked person offers you a shirt.' . . - Ça me fait plaisir de te voir. - Moi aussi. I'm a helpless romantic. Il suffit que l'agent de sécurité qui passe à mon magasin tous les jours me demande d'aller boire un verre pour que je m'imagine un futur incroyable avec lui. Il a la trentaine. Il boit beaucoup de café. Il s'appelle Sam et on se tutoie. Ma soeur dit qu'il a un enfant mais j'y crois moyen. - Une autre fois, j'ai répondu. Dans le .
.
.

I do not trust people who don’t love themselves and yet tell me, ‘I love you.’ There is an African saying which is : 'Be careful when a naked person offers you a shirt.'

.
.
- Ça me fait plaisir de te voir.
- Moi aussi.

I’m a helpless romantic. Il suffit que l’agent de sécurité qui passe à mon magasin tous les jours me demande d’aller boire un verre pour que je m’imagine un futur incroyable avec lui. Il a la trentaine. Il boit beaucoup de café. Il s’appelle Sam et on se tutoie. Ma soeur dit qu’il a un enfant mais j’y crois moyen.

- Une autre fois, j’ai répondu.

Dans le train, en rentrant du travail j’ai remis ma relation avec Josh en question. Tout ça parce qu’un inconnu s’intéresse à moi. J’ai pesé le pour et les contre. Je me suis dit que, Josh et moi, on a quand même beaucoup de choses en commun. La passion des tatouages, les mêmes goûts musicaux, la même attirance pour le sombre, l’obscur. Le végétarisme. Une bonne alchimie sexuelle. En général.
Mais j’ai envie de ce verre avec Sam. Comment pourrais-je risquer de manquer quelqu’un d’incroyable ? Ou si ça se trouve, on n’a absolument rien en commun. Si ça se trouve, il aime le foot et les saucisses de veau et il a une petite queue. Ça me terrifie. Comment savoir qui vaut la peine de poursuivre quelque chose qui part d’une simple attirance physique ? Comment savoir que, en refusant ce verre par respect pour Josh, je ne vais pas passer à côté l’homme de ma vie ? Je suis folle. Il parle d’un verre et je le vois en tant que potentiel mari. Je suis folle. Je passe mon temps à me faire des scénarios. A imaginer les vies différentes qui se présentent à moi. Et ça me terrifie. Comment savoir ? Cette simple décision peut changer le cours de ma vie.

J’ai besoin de dormir.

]]>
2013-09-20T12:08:00+02:00
http://jewel.journalintime.com/Five-cents Five cents. Mon alarme sonne. J'ouvre les yeux mais ça fait trois heure et demi que je suis réveillée. Je me lève. Je titube. J'ai l'impression d'avoir la gueule de bois. Je n’emmitoufle dans ma couverture imitation fourrure noire à deux cents balles tellement douce. J'ai froid. Flemme de prendre une douche. Flemme de manger. Flemme de m'habiller correctement. J'enfile un legging noir, un long t-shirt noir, des tongs. Je mâche mon toast avec difficulté et jette la moitié dans la poubelle. Un café dans un gobelet en plastique et je pars de chez moi. Il est 5h20. Il est 5h20 et je vais au Mon alarme sonne. J’ouvre les yeux mais ça fait trois heure et demi que je suis réveillée. Je me lève. Je titube. J’ai l’impression d’avoir la gueule de bois. Je n’emmitoufle dans ma couverture imitation fourrure noire à deux cents balles tellement douce. J’ai froid. Flemme de prendre une douche. Flemme de manger. Flemme de m’habiller correctement. J’enfile un legging noir, un long t-shirt noir, des tongs. Je mâche mon toast avec difficulté et jette la moitié dans la poubelle. Un café dans un gobelet en plastique et je pars de chez moi. Il est 5h20. Il est 5h20 et je vais au travail. J’ai dormi quatre heures et je vais au travail. Je vais au travail pour neuf heures d’affilée, debout. A 5h20 à la gare, on sent la compassion dans le regard des gens qui croisent mon chemin et hochent la tête en guise de bonjour, et je compatis pour eux aussi. Un sentiment de "on est tous dans la même merde", et ça aide un peu. Et puis, c’est silencieux. Neuf heures de bonjour, 4,70 s’il vous plaît, rouge ou light les Winston ? merci, au revoir, bonne journée/soirée bon après-midi/dimanche/weekend. Neuf heures de petit peuple sans manières et incapable de me regarder dans les yeux lorsqu’il ne répond pas à mes formules de politesse à la con et qu’il tend la main sous mon nez pour récupérer sa petite monnaie qu’il recomptera soigneusement parce que je suis jeune et blonde et que les jeunes et les blondes c’est con. Neuf heures de remplissages de bonbons, chocolats, chips, sandwiches, boissons. Deux rangées de huit pour chaque boisson. Je note soigneusement tout ce qui manque. J’arrive avec mon panier de dix kilos remplis de merdes de Coca light et Fanta fruit du dragon-goyave tandis qu’un connard attrape son sucre à l’eau et fait foirer toute ma liste et que je dois retourner chercher derrière. Je rêvasse à ma caisse et me fait engueuler par ma supérieure parce qu’il faut faire ci et ça et que ce minable boulot c’est toute sa vie, d’ailleurs ça fait treize ans qu’elle est là. Puis il faut remplir les clopes. Les Marlboro, surtout. Parce que tout le monde fume des Marlboro. Parce que c’est américain et que l’Amérique c’est cool. Les nouvelles clopes saines sans additifs, on y croit. J’aimerais un cancer bio s’il vous plaît mademoiselle. Les clients qui te tutoient, aussi. Les Français qui veulent payer le prix françé avec leur argent françé et qu’on leur rende la monnaie françése aussi. "On est en Suisse, monsieur." Les Portugais, Allemands, Yougoslaves, Congolais qui me parlent tout naturellement dans leur dialecte de campagne de l’est et qui s’étonnent que je ne les comprends pas. Les clodos qui empestent et qui restent une demi-heure dans le magasin. Ceux qui croient que c’est moi qui fixe les prix astronomiques et qui sont en colère et qui croient que dire "c’est cher" leur donne droit à un bon de réduction immédiate (non cumulable). Les joueurs de PMU avec leur quinté spot de merde et leur va-et-viens toute la journée pour redépenser leur minable somme gagnée. Les toxicos qui paient leur tabac à rouler en pièces de cinq centimes à l’heure de pointe.

]]>
2013-09-08T21:57:34+02:00
http://jewel.journalintime.com/Handcuffs Handcuffs. . . . "Et si mon père a posé des crucifix sur les murs de mon appartement, c'était surtout pour continuer à assurer une surveillance sur moi et informer les visiteurs de sa présence, rien ne sera dit que je n'entende, rien ne sera fait que je ne voie, par ce corps émacié du Christ, et moi je n'ai jamais compris qu'on puisse avoir un mort pour dieu." . Avec Josh, ça va mieux. Je dis mieux parce que jusqu'à hier ce n'était pas trop ça. On a passé un festival ensemble et ce n'était pas terrible. J'ai pleuré plusieurs fois. Une fois, on s'est hurlé dessus au milieu de tout le .
.
.

"Et si mon père a posé des crucifix sur les murs de mon appartement, c’était surtout pour continuer à assurer une surveillance sur moi et informer les visiteurs de sa présence, rien ne sera dit que je n’entende, rien ne sera fait que je ne voie, par ce corps émacié du Christ, et moi je n’ai jamais compris qu’on puisse avoir un mort pour dieu."

.

Avec Josh, ça va mieux. Je dis mieux parce que jusqu’à hier ce n’était pas trop ça. On a passé un festival ensemble et ce n’était pas terrible. J’ai pleuré plusieurs fois. Une fois, on s’est hurlé dessus au milieu de tout le monde. J’ai horreur de ça. J’ai horreur que tout le monde nous regarde. Il en avait marre de moi. Je sentais sa perte d’intérêt. Je sentais son épuisement quant à cette dispute. Cette même dispute que l’on a à chaque fois. Toujours la même. Encore et encore et encore. A propos de moi qui ai besoin d’une énorme attention de sa part. D’un énorme réconfort émotionnel. Qu’il est réticent à me donner. A propos de lui qui est incapable de me faire confiance. De faire confiance à qui que ce soit. A propos de moi qui le vois s’éloigner petit à petit. A propos de nous, qui sommes incapables de vraiment, réellement communiquer. A propos de moi qui veut hurler "tu vas me perdre" tout en pensant : vais-je le perdre ? A propos de lui qui a beaucoup trop de fausse dignité pour prendre le risque de me croire lorsque je lui dis "tu es le seul". Tu es le seul. Je te veux à moi seule pour le restant de mes jours. A propos de mes ivresses passées qui rendent pour lui invivables mes ivresses présentes. La manière dont je parle. Dont je regarde. Dont je dégage quelque chose qui l’effraie. A propos de lui qui ne me propose plus de faire l’amour. Faire l’amour. On ne fait pas l’amour. On fornique. A propos de moi qui suis irrationnelle. Hyperémotive. Hypersensible à tout ce qu’il dit, à tout ce qu’il fait. A tout ce qui ne va pas dans mon sens. A ces fois où il me dit non et que mon monde s’écroule.

Avec Josh, ça va mieux. Ça va mieux parce qu’on a baisé comme dans un porno hier soir et qu’il m’a dit qu’il veut me rendre heureuse à nouveau. Il a parlé de sextoys, de menottes, de caméra. Il a à nouveau de l’intérêt pour le sexe et ça me réchauffe le coeur. Avec Josh, ça va mieux. Ça va mieux parce qu’on ne se voit jamais. On se manque. Je crois. Je crois que c’est ça.

]]>
2013-08-01T23:59:00+02:00
http://jewel.journalintime.com/Karma Karma. "Surtout ne pas avoir peur de se répéter, deux ou trois idées suffisent pour remplir une seule tête, pour orienter toute une vie." - Nelly Arcan . . . Oh putain que je vais bien. Je vais bien. Je vais bien. Je vais bien. Ça fait bizarre. Je fais un énorme travail sur moi-même. Tout à commencé quand je parlais avec mon frère Aaron. Aaron fait des études de psychologies et j'apprécie beaucoup nos conversations sur les gens, sur la vie. D'ailleurs, c'est son anniversaire aujourd'hui. Il m'a conseillé un livre de développement personnel qui a pour but de booster l'estime de soi

"Surtout ne pas avoir peur de se répéter, deux ou trois idées suffisent pour remplir une seule tête, pour orienter toute une vie."
- Nelly Arcan

.
.
.

Oh putain que je vais bien.

Je vais bien. Je vais bien. Je vais bien. Ça fait bizarre. Je fais un énorme travail sur moi-même. Tout à commencé quand je parlais avec mon frère Aaron. Aaron fait des études de psychologies et j’apprécie beaucoup nos conversations sur les gens, sur la vie. D’ailleurs, c’est son anniversaire aujourd’hui. Il m’a conseillé un livre de développement personnel qui a pour but de booster l’estime de soi en s’autorisant à être imparfait. Je suis encore ne train de le lire, mais il m’a déjà énormément aidée. Aidée à dire ce que je pense. A dire non. A dire que je ne sais pas. A accepter mes petites imperfections. Ensuite, j’ai décidé de redevenir végétarienne. Et ça me rend tellement heureuse. Je me sens mieux dans mon corps. Je mange plus sainement depuis. Beaucoup de fruits, beaucoup de légumes. Beaucoup d’eau. Et je ressens un bonheur indescriptible lorsque je me dis : "Je ne mange pas d’animaux." Moi qui crois un peu au karma, ça me fait un bien fou. Puis, plus récemment, j’ai décider d’adopter la pensée positive et les manifestations. Penser positif pour attirer le positif. Et je vais bien. Je vais bien. J’ai trouvé un job. J’ai fait le tri dans mes amis. Je contrôle mieux ma colère. J’ai deux nouveaux tatouages pour symboliser cette renaissance. Chaque soir, je m’allonge dans mon lit et pense aux bonnes choses de ma journée. Et aux bonnes choses du lendemain. Quand je suis dehors, fini le iPod. J’écoute. Je sens. Je regarde. Je touche. Dans mon jardin, je tente la méditation, même si j’ai encore besoin d’entraînement. Je vais bien. C’est pas si dur, en fait. C’est tout dans la tête.

Je suis folle amoureuse de Josh. Ça fait bientôt huit mois. Son demi-frère, William, est venu une semaine en visite. J’ai eu de la peine à accepter de ne plus être la priorité de Josh, mais ça a bien fini. Je les ai laissé passer le plus de temps possible entre frères. Je me suis fait discrète. Je me suis seulement rendue chez Josh une heure par jour pour baiser et être un tout petit peu ensemble. Mais il me manque énormément. William repart aujourd’hui. Je me réjouis de retrouver mon amoureux. A la maison, ça ne va pas très bien entre mes parents. Mom va prendre son propre appartement dès la fin de l’été. Ca m’a un peu choquée, mais ça fait des années que j’attends ce moment. C’est pour le mieux, alors je suis contente. J’ai juste peur pour Dad. J’ai peur qu’il crève de solitude. Dans tous les cas, je serai là pour lui.

]]>
2013-05-05T18:05:59+02:00
http://jewel.journalintime.com/td Hugh Jackman. "Reality is a crutch for people who can't cope with drugs." . Putain. Je ne vais pas bien. Je n'en peux plus. Je suis terriblement anxieuse et je pleure à la moindre occasion. Je me suis fait expulser de l'uni pour cinq jours. A partir de lundi. Fait chier. J'ai trois doigts fracturés, aussi. C'est une longue histoire. Je ne l'ai raconté à personne. Seul Josh est au courant car il était aussi là. Je dis à tout le monde que je me suis viandée en snowboard. Mais en réalité, on m'a frappée. J'étais dans un bar. Je parlais avec un groupe de mecs. Des bourrés qui venaient de

"Reality is a crutch for people who can’t cope with drugs."

.

Putain. Je ne vais pas bien. Je n’en peux plus. Je suis terriblement anxieuse et je pleure à la moindre occasion. Je me suis fait expulser de l’uni pour cinq jours. A partir de lundi. Fait chier. J’ai trois doigts fracturés, aussi. C’est une longue histoire. Je ne l’ai raconté à personne. Seul Josh est au courant car il était aussi là. Je dis à tout le monde que je me suis viandée en snowboard. Mais en réalité, on m’a frappée. J’étais dans un bar. Je parlais avec un groupe de mecs. Des bourrés qui venaient de Neuchâtel. Josh, qui n’aime pas que je sois entourée de mecs, est venu vers moi et m’a prise par la taille. Les bourrés l’ont dévisagé avec mépris pendant une minute. Sans rien dire. On n’a pas compris, sur le moment. Mal à l’aise, on est sortis du bar. Puis, une fois dehors, ils nous ont rattrapés. Puis ils ont frappé Josh. Puis ils m’ont frappée. Ils m’ont frappée parce que mon copain est métisse. Ils m’ont frappée parce qu’en tant que blonde aux yeux bleus, "c’est du gâchis d’ADN" de sortir avec un black. J’ai fini à terre. Par réflexe j’ai protégé mon visage avec mes mains et leurs coups de pied m’ont cassé trois doigts. Josh n’a rien eu de grave. Je suis traumatisée. Traumatisée.

Je vais mal. Je vais mal. Je pleure en permanence. Je suis angoissée. Je ne vais plus en cours. Je ne dors presque pas. Et quand je dors, je fais des cauchemars. Hier j’ai rêvé que Hugh Jackman me poursuivait dans une maison abandonnée pour me tuer. Je n’ai aucun contact avec personne. Sauf avec Josh, parce que je squatte sa maison. Les autres gens, peu importe. Je suis encore furieuse contre Bastien et son coup de poignard dans le dos. Petit con. Je suis tendue. Je n’arrive plus à aller chez moi. Je ne veux pas voir mes parents. Je veux partir. Avec Josh, on parle de vivre ensemble. Avec Josh, on parle d’où on veut élever nos enfants. Il y a deux mois, je ne voulais même pas de gosse. Je deviens adulte. L’instinct maternel se réveille. Je veux vivre avec lui. Mais il est trop feignant pour se trouver un vrai boulot et quitter sa confortable maison familiale. Il est trop feignant. On est rentrés il y a trois semaines d’Angleterre et sa valise n’a pas bougé. Elle est encore fermée. Moi je serais prête à tout pour me barrer de chez Mom. Je la hais. Je vais me prendre un job pourri et trouver un studio pourri. Au moins je serai loin d’elle et de son haleine d’alcool. Je veux partir. Dans quatre mois, j’ai fini mes études. Mon papier ne servira à rien, mais j’aurai fini. J’en aurai fini avec les cours. J’en aurai fini avec Mom. Je ne peux plus attendre. J’ai appris que plus personne chez moi ne peut la saquer. J’ignore si je les ai influencés ou s’il se sont simplement rendu compte qu’elle est invivable. J’ai appris qu’elle fouille aussi les chambres de mes frères et soeur. Je croyais être la seule. Dans un sens, ça me rassure. J’ai appris que mes parents n’ont jamais voulu se marier. Qu’ils ont été forcés parce que Mom était enceinte de Caro. Qu’ils ne se sont jamais vraiment aimés, en fait.

On a vidé la maison de Nonno la semaine passée. Il est décédé il y a un mois. En regardant toutes ces photos des gens de ma famille, tous aussi malheureux les uns que les autres, je me suis demandée : comment se fait-il qu’on soit tous aussi fucked up ? Qu’est-ce qu’il s’est passé dans ma famille pour qu’on soit autant misérables ? Peut-être que c’est dans les gènes. Peut-être qu’on est destinés à être malheureux. J’ai demandé à mon cousin Giacomo de me faire visiter la chambre qu’il occupait dans la maison de Nonno. Il s’est senti forcé mais a accepté. Ça sentait la weed et une seringue traînait sur ses toilettes. Je me disais bien qu’il avait énormément maigri et qu’il avait une mine épouvantable. Qu’est-ce qui ne tourne pas rond chez nous ?

Je suis traumatisée.

]]>
2013-03-20T21:38:00+01:00
http://jewel.journalintime.com/Sedative Sedative. "- First you have your generic depressives. They're a dime a dozen and usually pretty boring. Then you've got the bulimics and the anorexics. They're slightly more interesting, although usually they're just girls with nothing better to do. Then you start getting into the good stuff: the arsonists, the schizophrenics, the manic-depressives. You can never quite tell what those will do. And then you've got the junkies. They're completely tragic, because chances are they're just going to go right back on the stuff when they're out of here. - So junkies are at the top of the crazy chain ? - Uh-uh.

"- First you have your generic depressives. They’re a dime a dozen and usually pretty boring. Then you’ve got the bulimics and the anorexics. They’re slightly more interesting, although usually they’re just girls with nothing better to do. Then you start getting into the good stuff : the arsonists, the schizophrenics, the manic-depressives. You can never quite tell what those will do. And then you’ve got the junkies. They’re completely tragic, because chances are they’re just going to go right back on the stuff when they’re out of here.
- So junkies are at the top of the crazy chain ?
- Uh-uh. Suicides are.
- Why?
- Anyone can be crazy. That’s usually just because there’s something screwed up in your wiring, you know ? But suicide is a whole different thing. I mean, how much do you have to hate yourself to want to just wipe yourself out?”

.

.
Aujourd’hui, j’ai fait l’amour avec Josh et c’était à chier.

J’ai beaucoup de soucis.Tout le long, j’avais l’esprit ailleurs. Dernièrement, j’en n’ai plus rien à faire du sexe. Avant, je pétais un câble lorsqu’on ne baisait pas tous les jours. Maintenant peu importe. Maintenant je m’en fous. C’était maladroit. Ça sentait l’effort. Je pensais à autre chose, en regardant le plafond. Il s’en est rendu compte. Il est devenu mou. C’était à chier. Tout simplement à chier.

J’ai perdu un ami. Ou plutôt, j’ai décidé de le rayer de ma vie. Ça faisait un moment que ça n’allait plus. Problèmes de jalousie. Il ne supporte pas le fait que je l’aie friendzoned. Il ne supporte pas le fait qu’il n’ait jamais réussi à coucher avec moi. Il ne supporte pas le fait que j’aie un copain. Il ne supporte pas le fait que je me sois assagie. Il ne supporte pas le fait que je ne consomme plus de drogues ou d’alcool. Ça réduit ses chances. Car quand je suis pétée, j’ai tendance à être soudainement attirée par mes amis. Il ne supporte pas le fait qu’il ne soit plus une priorité. Il ne supporte pas le fait qu’il n’est plus la personne avec qui je souhaite passer tout mon temps. Il ne me supporte plus. Il réagit à ce rejet par de l’agressivité. Du coup, je ne le supporte plus non plus.
On s’est vus la semaine passée, chez lui. On était censés bosser pour notre dossier super important, mais on n’a rien foutu. On a juste parlé. On a rigolé. Il m’a fait écouter ses projets de musique. Il est musicien. Il est talentueux. Il a bientôt un gig à Paris. On a passé un bon moment. On s’est réconciliés, presque. Je croyais. Mais il m’a trahie. Il m’a poignardée dans le dos. Il a tout foutu en l’air. Il a profité que je sois malade pour aller cracher sur ma gueule au professeur qui va me juger pour mon dossier. Mon dossier, qui a la même valeur qu’un examen de fin d’année. Mon dossier. Et non plus notre dossier. Parce qu’il m’abandonne. Il a décidé de faire un truc de son côté. A une semaine et demie de l’échéance. Petit con. Il m’abandonne. Il est allé pleurnicher vers le prof. Comme quoi je ne fais rien. Alors que, clouée au lit, j’ai écrit neuf pages en deux jours. Alors qu’il n’a pas écrit une seule ligne. Quand je pense que je n’étais même pas présente pour me défendre. Il m’a trahie. Pauvre gars. Blâmer l’autre parce qu’on n’assume pas. Bref. J’ai perdu un ami. Ou plutôt, c’est lui qui m’a perdue.
Pour travailler, je suis beaucoup plus efficace sans lui. Au final, je suis donc assez contente de me retrouver seule pour ce dossier. Mom m’aide beaucoup. Malgré le fait qu’elle soit pétée aux médocs et au vin rouge, elle est intelligente. Mais Bastien et moi, c’est fini. J’ai envie de lui casser le nez. C’est mort. C’est fini. C’est Josh qui va être content. Il avait de la peine avec le fait que mon meilleur ami, avec qui je traîne tous les jours, veuille me baiser. Bastien est un putain de frustré. Bastien est un putain de mytho. Le soir où j’ai rencontré Josh pour la première fois, Bastien l’a pris dans un coin et lui a dit : "Tu sais, Jewel et moi on a déjà baisé une fois, et je l’ai fait crier tellement fort que maintenant sa mère me déteste." Putain de mytho. C’est fini.

J’ai énormément de travail pour l’uni. Le dossier, les examens. J’ai séché les deux derniers jours de cours pour réviser chez Josh, pendant qu’il était au travail. J’ai beaucoup avancé. Je suis contente. Je suis angoissée. Mom m’a donné des Tranxilium. Je suis un peu pétée.

.

.

]]>
2013-02-28T00:46:59+01:00
http://jewel.journalintime.com/Update Shoes. Mise à jour de cet écrit. J'ai vingt ans. J'aime la bière. L'electro-trash me fait jouir. Je n'aime pas Mom. Dad, ça va un peu mieux. Je suis en transe quand j'écoute du Limp Bizkit. J'aime l'automne et la pluie. Je suis russe, texane, suisse et italienne. J'aime dessiner des portraits. J'ai arrêté la weed. J'ai arrêté la clope. J'ai arrêté l'alcool. Je suis bisexuelle, mais j'ai une très légère préférence pour les hommes. J'aime les robes. J'aime les pulls de mecs. Je n'aime pas les gens. J'aime la musique pendant le sexe. J'aime le film Closer. Je n'aime pas ces filles qui Mise à jour de cet écrit.

J’ai vingt ans. J’aime la bière. L’electro-trash me fait jouir. Je n’aime pas Mom. Dad, ça va un peu mieux. Je suis en transe quand j’écoute du Limp Bizkit. J’aime l’automne et la pluie. Je suis russe, texane, suisse et italienne. J’aime dessiner des portraits. J’ai arrêté la weed. J’ai arrêté la clope. J’ai arrêté l’alcool. Je suis bisexuelle, mais j’ai une très légère préférence pour les hommes. J’aime les robes. J’aime les pulls de mecs. Je n’aime pas les gens. J’aime la musique pendant le sexe. J’aime le film Closer. Je n’aime pas ces filles qui sont toutes habillées pareil. J’étais dépendante à la drogue, mais je suis guérie. Je buvais tous les jours, seule parfois. Je n’aime pas l’abus d’autorité. Mes parents sont tous les deux alcooliques. J’aime Saez. J’aime San Francisco et Moscou. Je prends beaucoup de médocs. Je suis amoureuse. J’aime American Beauty. J’aime la psycho. Je n’aime pas le Coca. J’ai arrêté les sodas. Je bois des litres de lait tous les jours. Je n’aime pas Genève. Lausanne, c’est beaucoup mieux. J’ai les cheveux très longs et blonds. Je n’aime pas les gens qui t’embrouillent dans la rue, juste pour faire chier. Je n’aime pas le mec avec qui j’ai baisé dans les chiottes à un festival il y a deux ans. J’adore Death Proof. J’aime les chaussures, j’en ai une centaine de paires. Je suis une acheteuse compulsive. J’ai dix piercings et trois tatouages. J’aime que le mec soit derrière moi pendant le sexe. Je n’aime pas ceux qui sont riches et qui le montrent. Mes parents sont très riches, mais je fais en sorte que personne ne le sache. J’adore bouffer comme un porc au McDo. Je ne prends pas de poids. J’ai une étrange phobie : j’ai peur que ma circulation sanguine se coupe. J’aime sortir. J’aime boire. J’aimais boire. J’aime pas les gens bruyants. J’aime pas les gens qui ont une grande gueule. J’aime pas les gens qui veulent à tout prix se faire remarquer. J’ai détesté mon enfance. Je suis amoureuse de Chester Bennington. J’ai des petits seins. Je mentais beaucoup. Je volais beaucoup. Je me suis calmée. Je suis parfois très agressive. Je finissais parfois par me battre avec des pétasses lorsque je buvais. Je vibre au son de Grimes et de Clams Casino. J’aime écrire. Je n’aime plus beaucoup lire. J’aime Californication. J’aime Into The Wild. Charles Manson me fascine. J’aime les bars. J’aime les boîtes glauques. J’ai les yeux bleus. J’aime quand le mec devient un peu violent pendant le sexe. J’aime les chiens. Je veux un beauceron. J’ai peur des chats. Je n’aime pas le gossip. Ça m’amuse d’être traitée de pute. J’aime les concerts. Le concert le plus fou de ma vie était The Prodigy à Zurich. J’ai cru que j’allais mourir piétinée. J’aime nettoyer quand je suis défoncée. J’adore manger. Je n’aime pas qu’on vienne dans ma chambre. J’aime les bains. J’allume toujours une bougie avant de baiser. Je déteste nager. J’aime l’encens. J’adore les fringues et les bijoux. Mes parents ont toujours préféré ma soeur à moi. Mais c’est pas grave. Je ne me soumets pas aux mecs, sauf pendant le sexe. Je fais du yoga et de la self-défense. J’adore la Russie et les Etats-Unis. Je bois très vite et beaucoup trop. Je ne supporte personne le matin. Je ne suis pas vraiment une amie loyale. Je ne suis pas vraiment une petite amie fidèle. Je ne pourrais manger que des pâtes. Je n’aime pas la nourriture sucrée. Je n’en mange jamais. Jamais. Je considère redevenir végétarienne. J’ai peur que tous mes frères et soeurs se barrent de chez moi et m’abandonnent. Mon ex est schizophrène. Et complètement taré. Je n’aime pas le beige. Je n’aime pas trop les couleurs. Je veux un mec qui puisse défoncer la gueule de ceux qui m’emmerdent. J’aime les bouquins sur les rapports relationnels et la psychologie. C’est bête, mais je crois en la science du feng shui. Je ressens un léger dégoût pour tout ce qui touche à la religion. Dad est un putain de catho. Je n’aime pas les marques. J’aime pas le fait que Mom ne m’ait pas appris le russe. J’aime l’odeur de la lavande. Je suis amoureuse de Kate Moss. Je suis assez pâle. Je n’aime pas le sport. Je n’ai pas d’iPhone. Je n’ai pas Facebook. Je n’ai pas Twitter. Je n’écoute pas en cours, je n’y arrive pas. J’ai une dizaine de potes. J’ai cinq amis. J’aime les photos de quand j’étais petite. Mes frères et ma soeur sont les amours de ma vie. Je veux vivre à San Francisco plus tard. J’aime pas les moutons. J’aime bien les Anglais mais je n’aime pas le british accent. J’ai peur de l’avenir. J’adore la junk food. J’adore les punks. Les métalleux. J’adore les piercings et les tatouages. Je vais finir tatouée de la tête au pieds. J’adore les gens différents. J’adore les gens tristes. Il faut que les personnes aient une certaine noirceur apparente pour que je m’intéresse à elles. Pour que je leur jette le moindre regard. Les gens heureux, les gens parfaits, les gens resplendissants, ça ne m’intéresse pas.

]]>
2013-02-25T18:24:00+01:00
http://jewel.journalintime.com/Vanilla Vanilla. “Why do they always teach us that it's easy and evil to do what we want and that we need discipline to restrain ourselves ? It's the hardest thing in the world to do what we want. And it takes the greatest kind of courage. I mean, what we really want.” . From: sophiia To: jewel Babyyyyy Baah bcp de choses nouvelles hein? nn je veux savoir pour ton mec. Parle moi de lui loool hahahah j me rappelle de ta family, en effet pas bcp de changement. Donc ta soeur a pris ta place a l'hopital psy en qquee sorte? elle est dans le meme ? Tu lui diras bonjour de ma part :DD niceee no more weed,

“Why do they always teach us that it’s easy and evil to do what we want and that we need discipline to restrain ourselves ? It’s the hardest thing in the world to do what we want. And it takes the greatest kind of courage. I mean, what we really want.”

.

From : sophiia
To : jewel

Babyyyyy

Baah bcp de choses nouvelles hein ?
nn je veux savoir pour ton mec. Parle moi de lui loool
hahahah j me rappelle de ta family, en effet pas bcp de changement. Donc ta soeur a pris ta place a l’hopital psy en qquee sorte ? elle est dans le meme ? Tu lui diras bonjour de ma part :DD

niceee no more weed, im proud of u babyy ! But why the alcohol ? u love it so much

Baah moi rien de spéc. J suis célibataire en ce moment et ca me va plutot bien loll. J’ai eu qques ptites histoires par-ci par-là quand j’étais en australie (j suis revenue avant-hier) mais rien de plus, elles étaient toutes connes lolll.

<333
________________________________________________________________________________________

From : jewel
To : sophiia

Hi baby

Weeell my boyfriend is 24, musician and dj, black, basketball player, vegeterian, really hot, really nice, really jealous. And his name is Josh. I love him to death, but we’ve been fighting a lot lately. And i kinda quit drinking for him, cause i was about to lose him. And i couldn’t choose alcohol over him, even if i hesitated. Even my shrink says it might be a mistake to give up on something i love so much.

Yep, my sister went into the same hospital, but she’s out now.

What are you up to these days ?

Loveee
________________________________________________________________________________________

From : sophiia
To : jewel

Babyyyyyy i thought you woulnt answer lolll

he sounds great.. do you luuuv him ? ^^ i wish i could meet him in person ahahh no seriously im happy forr u babe but dont stop doin stuff u love for a stupid jealous boy lolll why did he ask u to quit anyway ? gettin wasted is ur thing!!!he must apreciate u for who u r. AMENNN.

oooohhhhh i met a rly hot gurl today. hot blond, thin, a lil edgy..my type ;)) just like u. i’ll send u a foto
I dont miss being in a relationnship but i do miss all the fuckin on a regular basis lolll. so tell me, how is the sex with dudes?i mean with ur bf ahah

Loveee u 2 <33
________________________________________________________________________________________

From : jewel
To : sophiia

Well i kinda have to quit drinking, otherwise i’m gonna end up cheating on him and not even remembering it the next day. That’s how i met Josh, when i was still with my ex Remi. Haha. No seriously, i’m a bad person when i’m drunk. And you know it.

Sex is good. I miss girls though. I mean, if you only have vanilla ice cream everyday, you kinda start missing the strawberry ice cream, even though you love the vanilla ice cream, you know what i mean ? That’s stupid. I guess being bi is a constant unhappiness with who you currently are. Grass is always greener with the other sex, i guess. Not that i’m unhappy with Josh. But i do miss girls. Genre à chaque fois que je bois, j’en 'profite' pour flirter avec des meufs. À chaque fois. Dans la rue, je ne regarde même pas les mecs, mais je bave devant des pucelles de 15 ans.

Bref.

Tell me about this girl then :) <3
_________________________________________________________________________________________

From : sophiia
To : jewel

Wow ahaha :)
I’m glad u wnjoy the sex lolll but i do understand what u mean about the grass and the ice cream lolll even though now im sure im gay. i coulnt be with a dude again, i just couldnt… ^^

I met the gurl in the Lausanne subway ahahaa she came onto me like asking for direction and shit but i knew she was jus tryin to flirt with me she was sooo cute and so innoncent. just adorable. she was so hot i knew i wanted to finger her right away. Anyway :)))) i told her to come saturday at the party and shes probably gunna come… and 'come' :p

About the alcohol thing, je pense que t’a raisonn de pas prendr le risque mais fais gaffe quil commence pas a te mettre des trucs dans la tete tout en te faisant croire que l idee vient de toi...parce que l alcool ok, la clope pk pas, mais là stop ! deeviens pas parfaite non plus, tu vas etre chiante. et après il te diras "t es plus la meme jewel, t' as changé, je te reconnai plus" haha. j’espère juste que tu t es pas repris un Lucas parce que au secours il eteait fou ce mec.

<333
_________________________________________________________________________________________

From : jewel
To : sophiia

Hi honey

J’ai pas bu ce soir et ça a été, même si j’ai été tentée quand les filles me poussaient à prendre des shots. Je sais que c’est une bonne chose d’arrêter l’alcool. And it happens to be a good thing for my relationship too.

Are you with your girl now ? Did you run into Bastien ?

Love xx
_________________________________________________________________________________________

From : sophiia
To : jewel

How was ur weekend ?

Moi j étais avec la meuf du métro, her name is laura sshe was really cute n nice but im not really into her.she kinda reminds me of u and thats not a good thing. lol anyway we hooked up but i didnt take her home with me. And i saw bastien but he was too far away and gettin busy with an ugly girl ahahah
How was the usine? ?

Love uuuu <3
_________________________________________________________________________________________

From : jewel
To : sophiia

Ugly girl ? Haha

Too bad for Laura. But you’re not looking for a relationship anyway, right ?

My weekend was ok. On est pas allés en boîte parce que je me suis engueulée avec Josh et ça m’a demotivée. Et hier j’étais avec les filles (Camille m’a demandé de tes nouvelles ;)) et ensuite chez Zara, une pote de Josh. Et aujourd’hui on s’est de nouveau engueulés. Je lui ai dit que i don’t feel loved, that i feel like he’s unhappy and not motivated anymore when we hang out. He started to yell at me, cause he felt attacked probably… but i don’t think he really understood what i was saying. But the important thing is, he said he would be more loving, lol.
I’m having a hard time with him. First of all, i don’t trust him. He lied to me several times about girls, skype etc. He doesn’t know i know, and i can’t really say anything. But it hurts when he lies to my face.

Second, he’s really jealous and paranoid alors que c’est lui qui me ment. Cause i’m being really honest with him all the time. Except for you, cause he wouldn’t understand. Mais à part ça, i never hide anything from him.
Finally, he’s so distant ! He wasn’t like that at first. Je me rappelle quand on marchait dans la rue et qu’il m’arrêtait brusquement pour m’embrasser… Now everytime i kiss him he just looks away and waits for me to stop. He’s so distant. I hate it. I feel like he’s bored. I feel like he lost all interest in me. And the fact that he talks to girls on the Internet doesn’t make me feel better AT ALL. Ça me rappelle ma relation avec Lucas.

Anywayyy. I going to bed.
Love you <3
_________________________________________________________________________________________

From : sophiia
To : jewel

Ohh u poor thing. Hope everything will get betterr soon !sleep tight girl, take care

Loveeee <333
_________________________________________________________________________________________

From : jewel
To : sophiia

Je viens de voir que mon pire long mail ne s’est pas envoyé. C’était il y a une semaine au moins haha. Donc crois pas que je ne t’ai pas répondu.

What’s new ? About your mom.. ? Girls ? Work ?

Moi rien de nouveau. Ça va un peu mieux avec josh. Quoique. On est souvent tendus, ou bored. Rien de nouveau, quoi. Je sens que je m’éloigne un peu de lui. Son côté distant déteint petit à petit sur moi.

Love xx

Jewel
_______________________________________________________________________________________

From : sophiia
To : jewel

Hiiiii dsl de pas avoir répondu + tôt sweety i was very busy.
Cmt ca va avec ton mec ? Aaaaaah et l’angleterre cétait comment? ? t as trop de truc a me raconter, un truc de ouf.
moi rien de nouveau, bcp de boulot pas bcp de sommeil, pas bcp de vie sociale. groumpf

loveeeee
_________________________________________________________________________________________

From : jewel
To : sophiia

Hi honey :)

Don’t worry, moi j’étais pas beaucoup là non plus.

L’Angleterre, c’était génial. Parfois un peu tendu avec Bastien et quelques pauvres meufs, mais une très bonne ambiance quand même. Je me suis vachement rapprochée de Max. Et de Thierry aussi. Tu le connais, je crois. Un roux de Lausanne. Il m’a raconté toute la vie de sa copine et je te jure que y a de quoi en faire un film. Elle a tout vécu, cette fille. Beaucoup de choses similaires à ce que j’ai vécu. Mais en un peu plus hardcore quand même. Rien qu’à Bristol, Thierry a reçu deux appels d’elle qui chialait comme pas possible parce que deux de ses amis se sont fait poignardés et tabassés à mort par des dealers. Bref. Un soir, il pleurait et il m’a appelée pour que je vienne le réconforter. Ça m’a tellement touchée. C’est le mec le plus innocent de la Terre, j’te jure. D’ailleurs, à Bristol, quand Josh m’a rejoint, il a trop badé. Il a cru que je matais trop Thierry. Je me suis trop marrée intérieurement. J’veux dire… c’est Thierry. C’est comme si on m’accusait de mater Nino. Ou Loris.

Anyway. Je suis sortie deux fois en boîte, c’était chouette, mais c’est dur de tenir plus que deux heures sans alcool. L’alcool, ça booste. L’eau, pas tellement. Je me suis quand même autorisée la bière. D’ailleurs j’étais quand même assez pétée le premier soir où je suis allée dans un club. Le lendemain j’ai dû me lever à 7h30 pour aller chercher Josh à l’aéroport. Avec quatre heures de sommeil et une mini-gueule de bois, je devais être assez horrible vu la tête qu’il a tirée quand il m’a vue. Haha. Mais je suis heureuse, car je n’ai pas fait une seule connerie. Je n’ai pas eu un seul comportement que Josh n’aurait pas apprécié. Sauf peut-être avec Bastien, mais ça ce n’est pas mon problème. A ce sujet, on a frôlé la catastrophe hier lorsque je lui ai dit que j’allais bosser chez Bastien. Boom. DRAMA. But I didn’t go cause I got sick. On s’en est bien sortis. Mais ça va être un problème à l’avenir. Cause it’s gonna happen again. Probably. And i will choose studying and good grades over my relationship. But how am I supposed to explain that to him without hurting his feelings…

Sinon, people are nice, food is cheap, it’s freaking freezing but i fell in love with that city.

Avec mon mec…
Ca va bien. On s’est engueulé une ou deux fois en Angleterre, mais rien de très grave. J’étais juste un peu mal à l’aise parce que ça se passait toujours devant Nino. Et j’en ai marre de passer pour le couple insupportable.
But I love him so much, Sophia. Tout ce petit drama n’a pas d’importance. Cause I know we’re gonna end up together.

Love you,
Jewel

_________________________________________________________________________________________

From : sophiia
To : jewel

Hi honeyyyyy
oui oui je vois qui c’est Thierry. Tu l a chopé non ? ^^ ou peut être je confond avec qqun d autre, ca fait trop longtemps qu il est avec sa meuf, tu l as surement pas connu quand il etait célibataire.
C est vrai qu il est tro chou ce gars, et c est trop chou de voir a quel point il est fou de Nikki malgré sa sale réputation. Mais bon, niveau sale réputation on a rien à dire toi et moi.

Stylé pour berlin, Im glad you enjoyed it. Et je suis fiere de toi pour l alcool. C est assez incroyable comme tu as réussi a arreter tout ce que tu aimais du jour au lendemain. baise avec n importe qui, drogue, alcool, clope.... c est ouf. Tu l as meme pas trompé, j y crois pas.. T as enooormement changé jewel. mais est-ce une bonne chose ? loll

Moi c est le calme plat dans ma vie. aucune fille ne m interesse. j ai pas le temps de tte façon, mon boulot me prend trop la tete- et puis je suis dans une phase ou je me sens moche et pas sexy du tout. Tu vois de quelle genre de phase je parle ? genre tu perds toute confiance en toi parce que tu te répete "je suis vraiment paas jolie aujourd hui". Je deteste ca. Ou quand personne ne te mate. Ouch. bref im going to bed, gotta get up early

love uuuuu xx
_________________________________________________________________________________________

From : jewel
To : sophiia

"mais est-ce une bonne chose?"
Euh, tu veux dire quoi par là ? Tu crois que c’est une erreur ?

.

.

.

]]>
2013-02-24T21:12:30+01:00
http://jewel.journalintime.com/bastien McDonald's. А мне бы снегом в ладони нежно твои ложиться. А мне бы в небе в полёте лёгком свободном кружиться. . Aujourd'hui, mon grand-papa est mort. Bastien. J'en ai ras le cul. Je n'y peux rien s'il n'a jamais réussi à me baiser. Il ne me plait pas, c'est tout. Get over it. Bastien. Grand. Mince. Cheveux noirs en bataille. Fringues un peu bizarres. Cerveau de meuf. Quand on est devenus amis, c'était l'osmose parfaite entre nous. On s'entendait à merveille. On s'appelait tous les jours. On ne pouvait pas se quitter.

А мне бы снегом в ладони нежно твои ложиться. А мне бы в небе в полёте лёгком свободном кружиться.

.

Aujourd’hui, mon grand-papa est mort.

Bastien. J’en ai ras le cul. Je n’y peux rien s’il n’a jamais réussi à me baiser. Il ne me plait pas, c’est tout. Get over it. Bastien. Grand. Mince. Cheveux noirs en bataille. Fringues un peu bizarres. Cerveau de meuf. Quand on est devenus amis, c’était l’osmose parfaite entre nous. On s’entendait à merveille. On s’appelait tous les jours. On ne pouvait pas se quitter. Ridicule. C’est mon meilleur ami. C’était mon meilleur ami. Certes, un meilleur ami n’aurait jamais essayé de me choper. Mais on a toujours eu cette connection bizarre entre nous. D’ailleurs, la plupart des gens pensaient qu’on était en couple. Beaucoup de câlins. Des allusions sexuelles en permanence. On se marrait tellement. Mon meilleur ami. On s’est embrassés quelques fois en soirée. Une fois, en rentrant de boîte et juste après avoir quitté sa copine, il est venu chez moi et m’a fait jouir avec sa langue. Je le mettais à chaque fois sur le compte de l’alcool. Bref. J’ai rencontré ce mec. Remi. Je suis sortie avec lui quelques mois. Bastien me demandait parfois : "Tu te vois vraiment sortir avec ce gars pendant des années ?" Oui, peut-être. On verra. Bastien et moi, on s’entendait encore plutôt bien à cette époque. Puis je suis partie aux Etats-Unis pendant un mois. Remi aussi, mais pas au même endroit. Puis je suis rentrée, lui pas. Puis je suis allée en soirée. J’ai bu. Beaucoup. Mon dernier souvenir : j’embrasse Bastien devant le club. Trou noir. Je me réveille le lendemain, encore bourrée. Je suis dans le lit d’un inconnu. Une femme est en train de gueuler au téléphone dans la pièce d’à côté. Je n’ai plus mon string. Ni mon tampon. On a baisé. La technique de la non-épilation pour me dissuader de tromper mon copain n’a pas marché. L’inconnu se réveille à son tour. Il parle anglais. Il est métisse. Il a des piercings. Je me rappelle l’avoir déjà aperçu auparavant. On s’habille et il me raccompagne à la gare. Quarante minutes de marche en plein soleil. On parle beaucoup. Je sens la gueule de bois doucement arriver. Il est sympa. Il est beau. J’ignore si c’est à cause l’alcool dans mon sang, mais je suis tombée amoureuse de lui. Josh. Aujourd’hui, ça fait six mois qu’on est ensemble.

Josh et Bastien se connaissaient déjà avant. Ils étaient tous les deux DJ résidents de cette boîte où on va tous les weekends. Ils étaient assez potes. Ils m’ont tous les deux raconté leur version de la soirée. Je ne sais pas vraiment qui croire. Je ne me rappelle de rien. Josh dit qu’il m’a vu danser collé-serré avec Bastien. Et que j’avais ma main sur sa bite. Puis, qu’une fois que j’ai fait connaissance avec Josh, j’ai complètement oublié Bastien. Il l’a très mal pris. Il prend Josh à part. Ils parlent. Bastien dit qu’il a déjà baisé avec moi. Et qu’il me ramène chez lui ce soir. Josh se marre et me propose d’aller chez lui. J’accepte. Pendant tout le trajet, Bastien m’envoie des messages désespérés. "Tu m’as tué." J’arrive chez Josh et on baise.
Le lendemain, Josh me ramène à la gare. Une fois chez moi, j’efface les messages par peur que Remi découvre ce qu’il s’est passé avant que je le lui dise moi-même. J’appelle Bastien. Il me fait la gueule. Je m’excuse. Je quitte Remi. Je me mets avec Josh. Tout allait bien. Tout allait bien avec Bastien. Tout allait bien avec Josh. On faisait des soirées les trois. On rigolait beaucoup. Puis Bastien est devenu bizarre. Avec moi. J’ignore quel a été l’élément déclencheur, mais il ne me supportait plus. Mon meilleur ami ne me supportait plus. Il était irritable. Agressif. Tellement agressif que je lui ai gueulé dessus au milieu du McDo. "Putain Bastien, j’crois qu’il faut vraiment que tu baise, parce que t’es beaucoup trop agressif et j’en ai ras le cul." Depuis il s’est un peu calmé avec moi. Mais on ne s’entend plus. Plus du tout. Depuis il s’en prend à Josh. Depuis il n’arrête pas de critiquer Josh. Mais jamais en face. Uniquement avec moi. Coward.

Et demain. Demain je pars une semaine en vacances avec lui. Lui et mes autres amis. Une semaine. Je ne peux plus le saquer. Il ne peut plus me saquer. Ça va être explosif.

Aujourd’hui, mon grand-papa est mort. Nonno. Il avait 95 ans et un cancer. J’ai un peu pleuré. On était pas du tout proches. Je le vouvoyais. L’enterrement est mardi. Je ne pourrai pas y assister. Je serai en Angleterre et c’est trop compliqué de faire l’aller-retour. Il ne me reste qu’une grand-mère. Ma grand-mère russe. Et je ne l’aime pas.

.

]]>
2013-02-10T23:15:00+01:00
http://jewel.journalintime.com/tv TV. "And I remember when I met him. It was so clear thats he was the only one for me. We both knew it, right away. And as years went on, things got more difficult. And we were faced with more challenges. [...] I tried to remember what we had to begin with. He was charismatic. Magnetic. Electric. And everybody knew it. When he walked in, everyone’s head turned. Everyone stood up to talk to him. He was like this hybrid, this mix of a man who couldn’t contain himself. I always got the sense that he became torn between being a good person and missing out on all of the opportunities that life

"And I remember when I met him. It was so clear thats he was the only one for me. We both knew it, right away. And as years went on, things got more difficult. And we were faced with more challenges. [...] I tried to remember what we had to begin with. He was charismatic. Magnetic. Electric. And everybody knew it. When he walked in, everyone’s head turned. Everyone stood up to talk to him. He was like this hybrid, this mix of a man who couldn’t contain himself. I always got the sense that he became torn between being a good person and missing out on all of the opportunities that life could offer a man as magnificent as him. And in that way, I understood him. And I loved him. I loved him. I loved him. I loved him. And I still love him. I love him."

.

Mon meilleur ami Bastien a un frère un peu foncedé. Très foncedé. Il fume une quinzaine de bédos par jour. Il s’est fait arrêté avec 10 kilos de weed. Il est en prison. Depuis quatre semaines. On ignore ce qu’il va se passer. Mais on sait qu’il en a pour plusieurs années. Sa famille n’a même pas encore pu lui parler. Bastien a les larmes aux yeux, même lorsqu’on parle d’autre chose. Ça me brise le coeur.

Je reviens de chez la psy. On a parlé de ma famille. Sujet sensible. J’étais sur le point de chialer. "Vous dites que votre frère Aaron s’est complètement détaché de la famille. Et vous ?" Tout le monde va mal chez moi. Sur six, il n’y en a pas un qui est heureux. Quoique, je vais plutôt bien ces temps. Mom est la source du mal-être de plusieurs personnes de ma famille. Elle est la source de mon conflit avec Aaron qui dure depuis que je suis née. Parce qu’à ma naissance, elle l’a "oublié" pour mieux s’occuper de moi. Le problème de la petite dernière. Mom a un problème avec moi. Un problème dans sa tête. Une obsession. C’est malsain. Ma psy m’a conseillé de rester le plus loin possible de ma maison pendant un moment. Passer plus de temps chez Josh, par exemple. Ça m’a fait bizarre. D’habitude, les psys défendent Mom. Comme quoi je devrais m’estimer heureuse d’avoir une mère qui m’aime autant. Comme quoi ils ne voient pas en quoi elle fait quelque chose de mal. Comme quoi mon rejet pour elle n’est pas fondé. Mom. Je n’en peux plus. J’ignore ce qui l’a fait disjoncter. Peut-être la mort de ses deux soeurs. Peut-être que la folie de sa mère est génétique. Je suis pas dans la merde. Peut-être le désespoir de Dad. Peut-être le fait de n’avoir pas baisé depuis vingt ans. Peut-être le fait de voir tous ses enfants aller mal. Peut-être le fait de voir sa petite dernière s’auto-détruire. Peut-être le fait de voir sa petite dernière grandir. Je ne sais pas. Je ne sais pas. Je ne le saurai jamais car elle-même ignore sa condition. Pauvre femme. Pauvre femme. J’aimerais comprendre le mécanisme qui pousse une femme plus que classique, parfaite, qui à un certain point souhaitait même devenir nonne, à devenir hystérique, alcoolique et accro aux calmants. J’aimerais comprendre. J’aimerais comprendre car ma plus grande peur est d’un jour devenir comme elle.

Josh est un abruti. Et moi aussi. J’ai fait ma jalouse hystérique et j’ai un peu regardé dans son ordi. J’ai vu une conversation skype avec une pute qu’il appelle "honey" et qui lui manque beaucoup apparemment. C’était il y a deux mois et demi. Le jour de mon anniversaire. Happy birthday. Ça va pas terrible avec lui. On s’engueule tout le temps. On n’est pas motivés quand on se voit. On n’est pas spécialement heureux quand on se voit. Je me fais chier, des fois. Et puis on ne baise pas assez. Ça me tue lorsqu’on s’endort l’un à côté de l’autre comme un vieux couple. Parce qu’on est trop fatigués. Ça me tue lorsque je dois rentrer chez moi et que soit-disant "on n’a pas eu assez de temps" pour faire l’amour. Alors qu’on vient de passer deux heures à rien foutre devant la télé. Ça vient d’arriver à l’instant. Ça me donne envie de chialer. Car ça me donne l’impression que je ne l’attire plus autant qu’avant. Car ça me donne l’impression qu’il ne m’aime plus autant qu’avant. Il ne me rend plus vraiment heureuse. Même si je l’aime. Je l’aime. Mais on s’éloigne l’un de l’autre. Trop d’alcool. Trop d’embrouilles. Trop de disputes. Trop de drama… Trop de cachotteries. De sa part, en tout cas. Il est distant. Je vais essayer la technique du "Fuis-moi je te suis, suis-moi je te fuis" pendant un moment. Être adorable quand je suis avec lui, mais ne jamais l’appeler. Jamais. Ne jamais lui écrire. Ne pas être collante. Ne pas être needy. Arrêter de faire la gueule quand il ne me baise pas. Être détachée. Il se demandera ce qu’il se passe et me portera donc plus d’attention. Sans même s’en rendre compte. Boom.

J’ignore si ça va marcher entre nous.

.

"Don’t make me sad. Don’t make me cry. Sometimes love is not enough and the road gets tough, I don’t know why."

]]>
2013-01-30T00:04:00+01:00
http://jewel.journalintime.com/Rice Rice. Maniaphilie : Être excité sexuellement par les gens non-sains d'esprit. . Sophia m'a écrit. Sophia, c'est la petite asiat avec qui j'ai couché il y a deux ans. J'ai un truc pour les filles asiatiques. Nastasya l'était aussi. Nastasya. Sophia m'a écrit. Comme quoi je lui manque. Elle me manque aussi. Je ne sais pas trop quoi lui répondre. On s'était quittées en mauvais termes le lendemain. On ne s'est pas reparlé depuis. Je suis épuisée. Moralement. J'ai passé deux semaines de vacances à rien foutre. J'ai passé deux semaines chez Josh. On s'est engueulés plusieurs fois. On

Maniaphilie : Être excité sexuellement par les gens non-sains d’esprit.

.

Sophia m’a écrit. Sophia, c’est la petite asiat avec qui j’ai couché il y a deux ans. J’ai un truc pour les filles asiatiques. Nastasya l’était aussi. Nastasya. Sophia m’a écrit. Comme quoi je lui manque. Elle me manque aussi. Je ne sais pas trop quoi lui répondre. On s’était quittées en mauvais termes le lendemain. On ne s’est pas reparlé depuis.

Je suis épuisée. Moralement. J’ai passé deux semaines de vacances à rien foutre. J’ai passé deux semaines chez Josh. On s’est engueulés plusieurs fois. On s’est réveillés à 14 heures tous les jours. On a regardé tous les Pixar. On n’a mangé que du riz au Maggi. On n’a pas beaucoup baisé. Pas assez à mon goût. J’avais ce sentiment que je devais faire le premier pas à chaque fois. Qu’il n’en avait pas vraiment envie. Qu’il n’était pas vraiment à fond dedans. Distrait. Ailleurs. Probablement parce qu’il était fâché contre moi. On a passé un nouvel an chaotique. On a passé un nouvel an chaotique parce que j’ai trop bu. J’ai trop bu et j’ai dragué la petite soeur de Nino. J’ai honte. Elle a quinze ans. J’ai touché le cul d’une mineure. Je ne m’en souviens même pas. C’est Josh qui m’a raconté. Il voulait m’embrasser à minuit et je l’ai envoyé chier. Je l’ai envoyé chier parce que je faisais des shots de tequila avec mon pote gay Loris. J’ai passé la soirée dans les bras de Bastien, mon meilleur ami. Alors que Josh est convaincu qu’il a des sentiments pour moi. Autant dire qu’il n’a pas passé une bonne soirée. Surtout qu’il était sobre. Il ne boit jamais. Je bois toujours. Je bois et on s’engueule. Tous nos problèmes viennent de là. Quand je bois, j’en ai rien à foutre de lui. Quand je bois, je chauffe des meufs. Quand je bois, je disparais. Et ça le rend fou. J’aime l’alcool. Mais je crois que j’aime Josh davantage. C’est pourquoi j’arrête l’alcool fort pendant un moment. Je me contenterai de bière. Je n’ai pas envie de le perdre. Je n’ai pas envie de le tromper. Mais si je continue à boire autant, c’est ce qui va arriver. C’est inévitable. Et je l’aime trop. Si j’en venais à le perdre pour un peu de tequila, je ne me pardonnerais jamais.

Francisco m’a appelée. Francisco, c’est mon ex avec qui je suis restée pendant un an. On est restés amis. On s’appelle de temps en temps. Josh n’apprécie pas du tout. Donc j’ai arrêté de lui dire quand ça arrive. Francisco était choqué de savoir que j’ai arrêté de fumer. "Mais, mais… Tu deviens une personne bien, ça te ressemble pas !" il a dit en se marrant. "Tu bois encore, quand même ?!" J’ai menti. J’ai dit que oui. Sinon il m’aurai fait un speech. Que Josh me change. Que je devrais rester fidèle à moi-même. Que je devrais continuer à faire ce que j’aime. Il a peut-être raison. Il a une nouvelle copine. Blonde, petite, mince. Comme ses trois dernières meufs, moi y compris. Je ne suis plus du tout jalouse de ses copines, c’est cool. Entre nous, c’est désormais de la pure amitié. Je ne suis même plus attirée par lui physiquement. Il est devenu un peu gras depuis que je l’ai quitté. Il veut aller boire un verre cette semaine.

J’ai regardé énormément de documentaires sur l’héroïne. J’ai aussi relu un livre là-dessus. Je pense de plus en plus à me trouver un job pour aider les junkies. Quand j’en croise chaque soir quand je rentre chez moi, j’ai envie de leur parler, de les écouter, d’être là pour eux. Ils me passionnent, j’ignore pourquoi. J’ai envie de les comprendre, de leur être utile. Mais j’ignore si je serais assez forte psychologiquement pour avoir un boulot aussi… choquant. Voir un drogué s’enfoncé une aiguille dans la veine est très dur pour moi. Je le sais, car j’ai déjà vécu cette scène. C’était des amis. C’était violent. Violent psychologiquement. Mais ça me passionne. La drogue me passionne. L’addiction me passionne. Je vais y réfléchir. J’en ai fini avec l’art, je veux passer à autre chose.

J’ai pris sept kilos depuis l’été passé. Je suis contente. Ça faisait tellement longtemps que je cherchais à prendre un peu de poids. J’ai un peu plus de formes, ça me plaît bien.

Je suis déprimée.

]]>
2013-01-07T03:19:37+01:00
http://jewel.journalintime.com/snort Edgy. 'Caffeine from Monday to Friday to energize you enough to make you a productive member of society. Alcohol from Friday to Monday to keep you too stupid to figure out the prison that you are living in.' . J'ai beaucoup bu, et j'ai sniffé un truc bizarre. La fille était trop jolie, j'ai pas pu résister. On est allés jusqu'à Berne pour une soirée. Bastien, Josh et moi. Les choses sont tendues depuis un certain temps entre nous trois. Bastien, mon meilleur ami que j'ai friendzoned il y a des années, ressent toujours quelque chose pour moi. Du coup il est jaloux de Josh, mon copain. Du

'Caffeine from Monday to Friday to energize you enough to make you a productive member of society. Alcohol from Friday to Monday to keep you too stupid to figure out the prison that you are living in.'

.

J’ai beaucoup bu, et j’ai sniffé un truc bizarre. La fille était trop jolie, j’ai pas pu résister. On est allés jusqu’à Berne pour une soirée. Bastien, Josh et moi. Les choses sont tendues depuis un certain temps entre nous trois. Bastien, mon meilleur ami que j’ai friendzoned il y a des années, ressent toujours quelque chose pour moi. Du coup il est jaloux de Josh, mon copain. Du coup il essaie tant bien que mal de me dégoûter de Josh en le critiquant constamment. Du coup Josh n’apprécie pas. Du coup ils ne s’aiment pas. Du coup l’atmosphère est tendue. Et moi je me retrouve au milieu de tout ça. Bref. Tout s’est plutôt bien passé, étonnamment. On a énormément rigolé. Je me suis pété la gueule dans la neige. La musique était incroyable. Incroyable. Le club était sympa. Un peu glauque, comme j’aime. Avec un babyfoot dans un coin. Je suis allée aux chiottes avec des meufs que je ne connaissais pas. Cette fille, qui m’avait prise par la taille plus tôt dans la soirée et que j’ai dû repousser à cause de Josh, était là aussi. Super belle. J’étais très, très attirée par elle. Brune aux yeux bruns. Peu de formes. Dix-huit, dix-neuf ans. Edgy. Simplement superbe. Elle m’a dit un truc en allemand que j’ai pas compris et j’ai sniffé son machin. Puis on est allés jouer au babyfoot. Son truc a fait effet. Je sais pas ce que c’était, mais ça m’a donné la pêche. Je n’ai rien dit à Josh, évidemment. Il aurait été furieux. Il ne s’en est pas douté, même si je n’arrêtais pas de me frotter le nez. Bastien non plus. Dans le train du retour jusqu’à Genève, je me sentais comme une merde. Je n’aime pas prendre des trucs. Je n’aime plus prendre des trucs. Je n’ai plus quinze ans. Faut que j’arrête avec ça. Y a eu un peu de drama entre Bastien et Josh. Enfin plutôt entre Josh et moi, au sujet de Bastien. Pas envie d’en reparler. Pas besoin d’en reparler, C’est chiant à en mourir. C’était il y a deux semaines, de toute façon.

J’ai beaucoup bu, et j’ai passé deux heures dans les chiottes à vomir et à perdre connaissance. Deux heures. Deux heures. Je n’ai pas vu le temps passer. Probablement parce que j’étais inconsciente la plupart du temps. Quelques minutes avant, j’envoyais chier Josh pour je ne sais quelle raison et j’étais sur le point de choper une fille. Puis j’ai disparu. Deux heures. Il a cru que j’étais partie avec elle. Il m’a finalement retrouvée aux toilettes et m’a ramenée à la maison. Depuis, il me fait la gueule. Il le nie, mais il me fait la gueule. Je le comprends tellement. Je ne suis pas cool avec lui quand je bois. Je disparais pendant des heures. Je pars du club sans rien dire à personne. J’essaie de choper des filles. Je fais des crises ridicules. Je pleure. Je gueule. Je fais la tronche. Je suis parano. Je suis une drama queen. Et le lendemain, j’agis comme si de rien n’était, puisque je ne me rappelle de rien. Pathétique. Sérieusement, je n’ai plus quinze ans. Josh m’en veux. Il trouve des prétextes à la con pour me gueuler dessus, alors que je sais qu’il cherche juste à défouler sa colère de vendredi passé. Pourtant, il nie. 'I’m not mad anymore, Jewel.' Je me suis excusée des milliards de fois. Je lui ai promis de ne plus jamais flirter avec d’autres filles. De ne plus jamais disparaître pendant deux heures. De ne plus jamais boire autant. Je ne peux rien faire de plus. Lui-même me l’a dit. Lui-même le sait. Et pourtant il m’en veut encore tellement. J’imagine qu’il ne me pardonnera pas avant que je fasse mes preuves le weekend prochain. Qu’il voie que je peux être une bonne petite amie en soirée. Qu’il peut avoir confiance en moi. En attendant, je m’en prends plein la gueule. Il est tellement désagréable avec moi. Il fait semblant d’en avoir rien à foutre de moi. Il fait semblant d’en avoir rien à foutre si on ne se voit pas de la journée. Et quand je lui dis que je ne peux pas le voir ce soir, il me gueule dessus. J’en ai marre. Mais je comprends. Mais j’en ai marre. J’ai l’impression d’être mariée avec lui depuis dix ans.

Demain, dernière journée avant la fin du monde. Pas que j’y crois. Mais ça fait réfléchir. Qu’est-ce que je ferais pendant cette dernière journée ? Rien. J’irais en cours. Je m’engueulerais avec Josh par sms. Je verrais Bastien qui me tire une gueule pas possible. Je me ferais crier dessus par mon directeur parce que je ne suis jamais là. Je verrais ces pouffiasses toutes pareilles. Ces BG tous pareils. iPad, Abercrombie, Facebook. Ça me donne la gerbe. La gerbe. Qu’est-ce que je fous parmi eux. C’est un autre monde. Je verrais toutes ces filles qui n’ont rien d’autre à foutre de leur vie que de critiquer tout le monde. Sans jamais oser ouvrir leur gueule lorsque la personne est en face d’elles. Le jugement sur les autres et l’hypocrisie. Je déteste. Je déteste. C’est pour moi les aspects les plus ridicules et pitoyables de l’être humain. Je ne me sens pas à ma place. Je ne suis pas comme eux. Je ne suis pas sociable et je préfère être seule. J’ai de la chance d’être tombée sur un groupe d’amis comme moi. Un groupe d’amis qui ne cherche pas à être parfait à tout prix. Dépressifs, suicidaires, gays, artistiques, anorexiques, anti-sociaux. Différents. Et ils s’en foutent. J’ai de la chance. Qu’est-ce que je ferais pendant cette dernière journée ? Rien. Et c’est tellement triste. D’ailleurs, je me dis de plus en plus que j’aimerais que ça arrive vraiment. Je sais que ce n’est pas possible. Mais vivre la fin du monde, quoi de plus fort ? Quoi de plus fort qu’une planète dévastée et sa pitoyable population qui disparaissent en un claquement de doigts ? Qu’aurait-on à perdre, réellement ? Rien. Rien du tout.

]]>
2012-12-19T20:13:00+01:00
http://jewel.journalintime.com/je-suis-devenue-sage Contrast. 'You know you're a grownup when your houseplants are alive and you can't smoke any of them.' . Extrait d'une lettre à Francisco. Datée du 12.06.11. Je ne l'ai jamais envoyée. Je viens de la retrouver dans un tiroir. Ça m'a fait rire. « Je crois que je t'aime. Je crois que je suis amoureuse de toi. Je crois qu'il y a de réels sentiments. Qui s'estompent pourtant trop facilement. Il suffit d'une phrase. Un regard. Et je me retrouve à des kilomètres de toi. Plus envie de te voir. De t'entendre. De te sentir. Plus envie de ce bras qui se glisse autour de ma taille alors que j'essaie de

'You know you’re a grownup when your houseplants are alive and you can’t smoke any of them.'

.

Extrait d’une lettre à Francisco. Datée du 12.06.11. Je ne l’ai jamais envoyée. Je viens de la retrouver dans un tiroir. Ça m’a fait rire.
« Je crois que je t’aime. Je crois que je suis amoureuse de toi. Je crois qu’il y a de réels sentiments. Qui s’estompent pourtant trop facilement. Il suffit d’une phrase. Un regard. Et je me retrouve à des kilomètres de toi. Plus envie de te voir. De t’entendre. De te sentir. Plus envie de ce bras qui se glisse autour de ma taille alors que j’essaie de m’éloigner. Tu me prends pour une chieuse. Je le vois dans tes yeux. Si tu savais. Tu n’as encore rien vu. Je joue la fille cool et sans prise de tête. J’ai pourtant envie de t’égorger lorsque tu parles à une autre jolie fille. Tu m’as piégée. On était dans ce bar. Juste avant qu’on se mette ensemble. Tu m’avais longuement regardée dans les yeux et dit : 'Je déteste les filles jalouse. Tu es jalouse, toi ?' Tu m’attirais tellement que j’aurais fait ou dit n’importe quoi pour t’avoir. 'Non, pas du tout.' Seulement j’ignorais que tu avais autant de prétendantes. Autant de copines un peu bonnasses. [...] J’ai réussi jusqu’à maintenant à me contenir. Mais je suis en réalité incroyablement jalouse. Extrêmement jalouse. Ce n’est pas que je crains la concurrence. Je sais que tu m’aimes. Je déteste simplement que n’importe quelle fille pose sa main sur toi. Te prenne dans ses bras. Je suis possessive. A un point que tu n’imagines pas. La weed m’a sans doute rendue parano. À vie. »

'I love you Jewel.'
Josh me l’a sorti en pleine baise. J’ai adoré. Il m’aime vraiment, je le sais. C’est la première fois qu’il me l’a dit pendant le sexe. J’ai adoré. J’ai adoré le contraste entre ses mots et sa manière violente de me prendre. Rien que d’y repenser, j’ai envie de lui.

J’ignore si c’est à cause de ma toute récente vingtaine, mais je suis devenue sage. Trop sage. Je m’emmerde moi-même. Je ne fume plus de weed. Je ne fume plus de clopes. Je ne prends plus rien en soirée. Je bois, seulement. Et des petits calmants de temps en temps. Les calmants me défoncent. Mais parfois, ça ne me suffit pas.
A chaque fois que je tombe sur Aude, elle me dit : 'Quand est-ce qu’on prend des shrooms ensemble ?' Elle veut tester avec une personne de confiance. Une personne qui en a déjà pris. Mais moi, j’en ai trop pris. J’en suis dégoûtée. Je suis devenue sage. Je suis devenue ennuyante. Je ne me reconnais plus. Même en soirée, je bois moins. Même mes potes me l’ont fait remarquer. Bastien, Nino. Je bois moins. Parce que je ne veux pas faire de la merde. Je ne veux pas faire de la merde avec d’autres mecs alors que Josh est à côté. Josh m’a assagie. Je ne lui en veux pas. Ça ne peut me faire que du bien. Il y a quelques années,voire quelques mois, j’aurais pensé Fuck him. Je fais ce que je veux. Si je veux me déchirer la gueule, je me déchire la gueule. Mais j’ai grandi. Mais je me suis calmée. Mais aujourd’hui je sais que ça ne peut me faire que du bien. Mais je ne me reconnais plus. C’est sûrement une bonne chose. J’ai dépassé ce stade, je crois. Je grandis. Vingt ans. C’est le moment.

]]>
2012-11-28T01:18:00+01:00