Jewel

← Retour au journal

juin 2011

Goa.

Je me rappelle de notre première rencontre. C'était il y a un an et demi. Une soirée Halloween déguisée, dans une forêt. Musique Goa. Une odeur constante de weed et des amphé qui circulaient. Francisco, il était clean. Seulement un peu d'alcool. J'étais avec Natalie et des gens chiants que je ne vois plus. Des petites meufs qui me regardaient de travers lorsque je sortais mon joint. Francisco a commencé à nous parler. Francisco, il était déguisé en fille. J'avais énormément fumé. J'ai trop badé quand j'ai compris que c'était un mec. C'était tellement bien fait. Il s'était (...)

Underage.

'Il y a des vies de femmes qui ne sont qu'une suite de larmes, et dont l'existence, en fin de compte, est une réussite.' Il pense que je vais replonger. Replonger dans la drogue. Il a peur de ce squelette puant la weed que j'étais il y a quelques mois. Il n'est pas amoureux de cette fille-là. Ça me fait peur. Pas le droit à l'erreur. Ça me donne une motivation de plus. Mais l'été approche. Les soirées à la plage. Pas besoin de bosser. Pas besoin d'être concentrée. Pas besoin de motivation à réviser. L'insouciance. Une seule envie, fumer des sticks à longueur de journée. (...)

Crowd.

Francisco a failli me griller. J'ai allumé mon ordinateur, et j'ai dû quitter la page Internet ouverte en urgence. Mon article incroyablement long et rempli d'émotion que j'étais en train d'écrire est foutu. Je suis un peu dégoûtée. J'ai pour la première fois osé sortir cet évènement de ma tête. Oser y penser. Le mettre par écrit. J'avais une fois essayer d'en parler. Sans succès. 15 décembre 2010 ''Je pourrais parler de n'importe quoi sur ce site. Je n'ai aucune honte par rapport aux évènements qui ont eu lieu. . Aucun regret de ce que j'ai fais dans le passé. Aucun tabou (...)

Intercourse.

'Les sots parlent beaucoup du passé, les sages du présent et les fous de l'avenir.' Je sens que je m'éloigne de Francisco. Peut-être à cause de ses remarques parfois blessantes. Notamment sur mon poids. Sur ma maigreur. Sur le peu de seins que j'ai. Il était bourré à chaque fois. Ça n'excuse rien. Je suis extrêmement susceptible. Surtout à propos de ce sujet-là. Peut-être à cause de son attitude de petit chien qui me suit partout. Il a eu l'air tout paniqué quand je lui ai dit que je n'aime personne très longtemps. D'où le symbole de l’éphémère tatoué sur mon (...)

Relapse.

'La jeunesse a cela de beau qu'elle peut admirer sans comprendre.' Je suis loin. Très loin. Loin de lui. Loin de cette relation qui m'ennuie. Je me lasse sûrement trop vite. Le problème vient probablement de moi. Je n'ai rien à lui reprocher. Il est beau et il est gentil. Mais les papillons dans le ventre se sont envolés dès le moment où Francisco était à moi. Je pensais vouloir un copain. Maintenant que c'est le cas, je m'emmerde. Je m'emmerde quand on est que tous les deux. Je m'emmerde quand on n'a pas d'alcool dans le sang. Je sais pas quoi lui dire. J'ai rien à lui dire. (...)

World.

'En amour, il n'y a que les commencements qui soient charmants. Il ne m'étonne pas qu'on trouve du plaisir à recommencer souvent.' Je suis allée à Lausanne avec Francisco, Fab, Aude et Maeva. Et un petit mec qu'on connaît à peine qui nous suit comme un caniche. Il a dix-sept ans et n'a jamais rien fait. Jamais bu. Jamais fumé. Jamais baisé. Il était choqué quand Maeva et moi parlions de weed. 'Vous fumez tous les jours ?!' Il faisait tellement chaud. J'avais mon minuscule short en jeans déchiré, mes spartiates à clous et un t-shirt loose. On a bu des bières. Le petit mec, (...)